plateforme d’archives de design graphique qui publie des projets non réalisés de la scène graphique contemporaine française.
plateforme d’archives de design graphique qui publie des projets non réalisés de la scène graphique contemporaine française.

D’jazz Nevers Festival

commande
identité visuelle
2020

D’jazz Nevers Festival

commande
identité visuelle
2020

Visuel édition 2020

Propos recueillis auprès de Small Studio

Dans quel cadre a été réalisé le projet ?

Ce projet a été réalisé dans le cadre d’une commande émanant du D’jazz Nevers Festival.
J’ai été sollicité par l’atelier de design graphique Aveillan (patrik-aveillan.net), (en charge de la direction artistique depuis plusieurs années) pour créer l’identité visuelle du festival depuis 2020.
Depuis notre première collaboration, nous avons choisi de travailler sur un principe de visuel en anamorphose peint à la main sur une construction en volume et de décliner ce principe sur plusieurs éditions.

Comment lavez-vous abordé ?

Ce projet s’inscrit dans la continuité de l’édition précédente. Il s’agissait donc d’utiliser à nouveau l’anamorphose comme base de développement de l’univers visuel de cette 35e édition du D’Jazz Nevers Festival.

Set up 3D et intégration du visuel

Quelles ont été les différentes étapes de mise en place ?

Les contraintes imposées par la prise de vue (largeur du fond studio, recul, etc…) m’ont obligé à passer par une phase de modélisation 3D afin de voir si les dimensions de l’installation respectaient les contraintes. Cette modélisation m’a également permis de tester plusieurs approches graphiques afin de savoir quelle direction prendre, ce que je devais simplifier ou optimiser pour que l’image soit correctement lisible. Ce type d’installation nécessite une préparation rigoureuse et pour un rendu satisfaisant, il est nécessaire d’anticiper au maximum les volumes et la façon dont l’image viendra les épouser.

Quelles sont les différentes pistes que vous avez envisagées ?

Le principe de base d’anamorphose était déjà posé, les diverses expérimentations furent d’ordre graphique. D’un visuel très riche en détails, je suis arrivé à quelque chose d’assez épuré afin que le graphisme et les volumes de l’installation soient unis de façon équilibrée et ne forment qu’un tout cohérent.

 

Évolution graphique (composition en papier), visuel final et variantes de couleurs

Quels sont les principes clefs de ce projet en terme de design graphique ?

Le principe clé de cette image est l’anamorphose. Il s’agit d’un principe de déformation visuelle due à la perspective. Une anamorphose est correctement visible d’un unique point de vue. Ce principe permet de perturber la lecture d’un graphisme lorsque des objets ou des personnes y sont intégrés.

Je souhaitais donc créer, à partir d’une anamorphose peinte sur des instruments de musique, un ensemble graphiquement cohérent et équilibré, intégrant des personnages qui perturbent la lecture et la compréhension du visuel. L’élément clé de l’identité étant cette image, le travail typographique aurait été abordé dans un second temps en concertation avec Patrik Aveillan

Quest-ce que vous trouvez le plus pertinent dans ce projet ?

L’intérêt majeur de ce projet est la création d’un équilibre entre photo et graphisme dans un ensemble cohérent sans avoir recours à la post-production. Le graphisme devient tangible et se révèle grâce à la prise de vue. Sans volume, pas de graphisme et sans graphisme, le volume perd son intérêt. Ce sont ces frontières de perception visuelles qui furent intéressantes à explorer et qui créent  le réel intérêt de l’image.

Visuel officiel édition 2021

Comment a été reçu le projet ? Quels ont été les retours marquants ? (bon ou mauvais)

Le projet à été très bien accueilli tant par son impact visuel que sa cohérence avec la précédente édition. Le point négatif, qui finalement mit un terme à cette version du visuel, était le coût engendré par une telle installation, qui nécessitait beaucoup de temps de réalisation ainsi que la  mobilisation de davantage de personnes (modèles, équipes techniques…)
Les conséquences de la crise sanitaire sur les structures culturelles ont conduit l’équipe du festival à rejeter le projet pour des raisons économiques. N’ayant aucune visibilité sur un avenir proche au moment de la prise de décision, l’équipe du festival fit le choix tout à fait compréhensible de la sécurité et nous demanda de réfléchir à une version moins ambitieuse du visuel.

Y aurait t-il des choses que vous feriez autrement en le regardant à nouveau ?

Avec le recul, je pense que j’aurais essayé de travailler quelque chose d’un peu plus aéré, en jouant davantage sur les plans et la profondeur de l’image, afin d’apporter une autre dynamique.

Quelles ont été vos sources dinspirations ou références, nourritures graphiques ou autres pendant la conception de ce projet ?

Bien évidemment le travail d’artistes tels que Georges Rousse ou Felice Varini qui sont des références en matière d’anamorphose. Ces deux artistes nourrissent mes inspirations sur bon nombre de projets. Le travail de photographes tels que Diane Villadsen (dvilladsenphotography.com) ou Julia Galdo & Cody Cloud (Juco) ont également influencé mes recherches en termes de couleurs et d’univers graphique.